AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 + I WILL NEVER BE THE SAME.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

๑ like a flame burning

avatar

A LISBONNE DEPUIS LE : 30/10/2011
❧ MESSAGES : 99
image :
I TALK TOO MUCH :
sweeter than heaven and hotter than hell

❧ PSEUDO : beatnik angel.
© CREDIT : rabbit bellyl (avatar) ; TUMBLR (gifs)


MessageSujet: + I WILL NEVER BE THE SAME.   Dim 30 Oct - 16:05

Citation :

@ TUMBLR, xmiss gilbert.

bradshaw, cara mariana
VINGT-DEUX ANS ☆ AMÉRICAINE ☆ FLEURISTE ☆ AMOUREUSE.

i'll try my best to fit you, i'm the best at lying.
you're my only priority
○ adore les animaux et possède un chaton nommé Pickles et un petit chien nommé Pancakes.
○ possède un compte youtube sur lequel, elle poste chaque semaine des vidéos marrantes, des coups de nerf, des crises de sarcasme...
○ ne porte que quatre couleurs de vernis sur ses ongles : rouge sang, rouge-noir, marron et beige pétale.
○ parle l'anglais, l'italien, l'espagnol et le français couramment.
○ sûr d'elle, drôle, réaliste, fêtarde, possessive, dragueuse, directe, ironique, jalouse, impulsive.
○ ne croyait pas en l'amour jusqu'à ce que son chemin croise celui de Gabriel.
○ cache un manque de confiance en elle croissant, une timidité et une peur d'à peu près tout.
○ est Coulrophobe, quelque peu agoraphobe et acrophobe.
○ n'a jamais aimé les études mais adore son métier.
○ est hétérosexuelle mais a déjà embrassé plusieurs femmes lors de soirées arrosées.


show yourself, little white rabbit.
PSEUDO : beatnik angel.
AVATAR : nina dobrev.
CE QUI A PERMIS QUE TU ARRIVES ICI : mon petit doigt (a)
COMMENTAIRE(S) : En cas de problème, les choux. JE SUIS LAAA 3535343




Dernière édition par Cara Bradshaw le Lun 31 Déc - 19:12, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

๑ like a flame burning

avatar

A LISBONNE DEPUIS LE : 30/10/2011
❧ MESSAGES : 99
image :
I TALK TOO MUCH :
sweeter than heaven and hotter than hell

❧ PSEUDO : beatnik angel.
© CREDIT : rabbit bellyl (avatar) ; TUMBLR (gifs)


MessageSujet: Re: + I WILL NEVER BE THE SAME.   Lun 9 Avr - 13:24

between the lines.

Parfois, la vie nous donne l’impression d’être un épisode de sitcom américain. Nous pensons que l’épisode ne fait que commencer. Qu’en cas, de problèmes, on pourra appuyer sur le bouton pause et ainsi reprendre le contrôle. Nous pensons que la vie n’est qu’une vaste blague. Que comme dans new girl, lorsqu’on décide d’emménager avec des inconnus, nous ne finirons pas découpés en rondelles. Nous pensons que la vie n’est que rigolade, amitié et amour réciproque. Puis tout d’un coup, le générique de fin arrive trop vite. Nous n’avions pas vu tout ce que nous voulions voir. Mais seulement, voilà, c’est trop tard. C’est fini. Le générique est terminé. L’écran noir devient notre seule consolation. Nous sommes nés pour mourir et le compte à rebours arrive trop vite à sa fin. Nous ne sommes pas responsables de la durée de cet épisode comme nous ne sommes pas responsables de la fin de notre existence. La seule solution si nous pouvons appeler cela ainsi est de se souvenir que la vie ne tient qu’à un fil, qu’il faut apprendre à vivre avec la contrainte temporelle qui flotte au-dessus de nos têtes. Vivre chaque jour comme le dernier.

Chapitre premier.
« A ma chère Cara, fit Lilly, l'une de ses copines du lycée en levant son verre, qui vient d’obtenir son diplôme de fin d’études avec le meilleur score de Beverly Hills High School ! » Un énorme sourire se dessina sur le visage de la brunette. Effectivement, elle venait d’obtenir les félicitations du principal du lycée et de l’équipe enseignante. Ils lui avaient même demandé de rédiger un petit discours. C’était la major de sa promotion. Pourtant, Cara détestait l’école. Aussi curieux que cela puisse paraître. La jeune femme n’avait donc pas eu le cœur de leur avouer qu’elle ne pensait pas poursuivre d’études secondaires. Les capacités étaient pourtant là mais ce qui lui plaisait à elle, c’était les fleurs. Elle s’était inscrite pour passer un diplôme professionnel afin de devenir fleuriste. Le plus difficile resterait encore de l’annoncer à ses parents. Cara n’avait pas hâte de lire la déception sur leurs traits.
Ils savaient tous. ENFIN ! Elle avait été prise dans une école spécialisée à Lisbonne, au Portugal. Certains semblaient peiné de la voir partir si loin alors que d’autres ne comprenaient pas sa décision. Sa petite sœur semblait même la blâmer de vouloir partir si loin d’elle. Ses parents lui en voulaient tacitement de son manque constant d’ambitions. Pour tous, Cara semblait gâcher ses capacités à suivre une voie qui lui plaisait simplement. Une chose était sûre ils allaient tous lui manquer.
A chaque nouveau départ, une page se tourne, une autre s’ouvre. Il suffit d’un rien pour tout recommencer et d’un léger détail pour tout faire basculer.
Cara, ses deux valises entre les mains, un short, un débardeur et une chemise à carreaux sur le dos, une paire de talons ouverte sur les pieds, se tenait dans le hall l’aéroport de Lisbonne, au Portugal. Son sourire inondait son visage. La grande brune hissa des lunettes mouches sur ses yeux afin de pouvoir voir clairement sous ce soleil de plomb. C’était exactement comme elle l’avait imaginé. La belle se dirigea vers l’espace réservé au bus. Elle commanda son ticket de bus pour se rendre au centre-ville qui était très près. Soudain, sans crier gare. Un bruit assourdissant lui glaça le sang. Des cris brisèrent le calme de l’aéroport. Tout le monde autour d’elle semblait courir, pleurer ou crier. La brune observa la situation, devenant le spectateur de sa propre vie. L’air devint lourd. Ses yeux lui brulaient. Que se passait-il ? La belle fut brutalement projetée au sol. La douleur l’envahie peu à peu. Elle tenta de bouger sa main pour vérifier que tout allait bien mais celle-ci ne semblait pas vouloir l’écouter. Seule la douleur prenait place dans son esprit. Puis tout d’un coup ce fut le trou noir.

Chapitre deux.
La première chose que Cara vit lorsqu’elle ouvrit les yeux à nouveau fut tous les tuyaux qui la retenaient prisonnière puis le tuyau qui se trouvait sur son nez afin de l’aider à respirer. Ses bras étaient remplis de bleus et d’égratignures. Il lui semblait qu’elle était courbaturée et sa tête lui tournait. Tout d’un coup, une infirmière s’approcha d’elle et lui parla dans une langue qui n’était pas la sienne. Apeurée, la jeune femme se débattit quelques instants avant de se rendormir brutalement.
Lorsqu’elle se réveilla à nouveau, Cara se rappela où elle se trouvait. C’était Lisbonne, au Portugal. Et cela devait probablement être un hôpital. Il y avait eu un accident à l’aéroport. La brune s’était évanouie. Une discussion avec les infirmières lui apprit qu’elle avait dormi pendant deux jours entier et qu’il n’y avait rien de grave. Simplement des blessures légères, elle avait eu de la chance que quelqu’un ne l’ait vu et sorti des décombres. La jeune américaine resta deux jours de plus en observation avant de rejoindre la véritable vie Lisbonienne.
Quelques jours plus tard, la brunette rencontra un homme dans un bar. Il se nommait Gabriel et cherchait un colocataire. Ils ont alors décidé d’emménager ensemble. Une amitié s’est très vite développée entre eux. C’était un peu comme s’ils se connaissaient depuis toujours ces deux américains exilés au Portugal. Seulement voilà, depuis quelque temps Cara ressent plus que de l’amitié pour son colocataire. Son sourire, ses petites attentions, son regard de braise, ses gestes attendrissant le rendent irrésistible à ses yeux. Il est l’homme parfait. Il la fait rêver. Lui donne envie de croire en quelque chose qui lui semblait surréaliste, impossible. Seulement comment lui dire, lui faire comprendre alors qu’il ne doit probablement la voir que comme une amie ? Tout ceci est tellement grotesque, impensable pour elle. Comment peut-elle ressentir ce qu’elle ressent pour lui ? Pourquoi son cœur s’emballe-t-il dès qu’il se rapproche d’elle ? Pourquoi son cœur à des ratés lorsqu’il lui sourit ou murmure simplement son prénom ? Comment Gabriel peut-il lui faire autant d’effet ?

_________________
☞heads will roll on the floor.
it's only when you've walked hundreds of miles that you realized you have ventured off into somewhere unknown - that's where you'll find me. In the back of beyond. | + omiwicons, tumblr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

+ I WILL NEVER BE THE SAME.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☁ MADE DIFFERENT ♌ ::  :: INTRODUCE YOURSELF :: COMPLETED-